Pendant des années les agences ont surenchéri dans leurs réponses aux consultations. Les temps étaient-ils idylliques ? Imaginez que les clients ayant peur d’une consultation infructueuse nous rappelaient régulièrement pour s’assurer que nous allions bien leur répondre. Les agences pouvaient ainsi engager des réponses très complètes voire même offrir des campagnes « clé en main » dès la consultation, paradis perdu.

 

Nous avons servi les annonceurs sur un plateau doré en leur proposant des campagnes extrêmement abouties, sans demander ni contrepartie, ni rémunération. Habitudes prises !

 

Aujourd’hui le marché et la concurrence sont devenus pressants. Lorsque hier deux ou trois agences répondaient à une consultation, aujourd’hui dix ou quinze se bousculent. Le niveau de réponse reste le même, élevé. Ce qui n’a pas changé par contre, c’est qu’il n’y a toujours qu’un seul vainqueur. Exit les neuf ou quatorze autres agences. Et la tristesse d’une compétition perdue. Juste ce que l’on a estimé être un excellent dossier parce qu’on y a mis toute ses tripes et un nombre d’heures incalculable, et qu’il n’y a plus qu’à le jeter aux oubliettes des consultations maudites. Oublié les équipes qui ont travaillé et phosphoré pour trouver la réponse qu’elles croyaient presque parfaite, oublié la moindre rémunération qui pourrait apporter un peu de reconnaissance au travail fourni. Beaucoup de gâchis ! A ce jeu le client n’est même pas gagnant. Il s’impose un temps au dépouillage des réponses rallongé, et subit un affaiblissement de la valeurs créative des propositions.

 

 

Aujourd’hui, il est grand temps de modifier cette pratique. Cette idée est sans doute un beau serpent de mer, mais la situation actuelle nous met face au mur et nous impose d’agir. La rentabilité des agences baisse dangereusement et notre secteur d’activité sera sinistré dans peu d’années si nous ne changeons pas cette situation. Les architectes ont su imposer un système de rémunération des consultations, les avocats, les experts comptables, autres professionnels dont la mission est d’accompagner les entreprises dans leur développement, ont su se structurer autour d’ordres professionnels qui régissent leurs fonctionnements. Les agences de communication doivent s’organiser, ensemble, et proposer à leurs clients un fonctionnement équilibré.

 

 

Les agences globales de l'Ouest et de la France entière s'organisent pour sortir la tête de l'eau

 

 

Pas plus de 4 agences sur une consultation, une indemnisation des agences non retenues, un contact possible avec les décisionnaires, l’identité des agences retenues, voici les points essentiels proposés par l’UCC Ouest dans sa charte de consultation des agences conseils.

 

 

Pour être applicable, il n’y a qu’une seule solution, simple : que 80% des acteurs de la profession valident et respectent cette charte. L’AACC, l’UCC Ouest, l’UCC Alsace, l’UCC Med, l’ANCRE en Maine-et-Loire, l’AGRAF… La profession se mobilise, les agences petites et grandes commencent à parler le même langage. C’est un pari, il est gagnable. Alors envisageons demain et projetons nous avec cette envie de faire avancer les choses.